L’autoconsommation électrique: bonne ou mauvaise idée ?

En naviguant sur le net en cherchant toujours un moyen de moins consommer
je suis arrivé à regarder les kits d’autoconsommation électrique par réinjections dans le réseau.

j’ai donc pu tester un kit d’autoconsommation avec un module Involar.

Mais Avant tout qu’est ce que l’autoconsommation électrique? :
le terme autoconsommation est le fait de consommer ce que l’on produit.
il y a différent type d’autoconsommation : par stockage dans des batteries, par c1onsommation par onduleur ou réinjections dans le circuit électrique.

Je me suis donc intéressé à la partie réinjections dans le circuit électrique, et on parle ici de micro production sans revente à EDF.
le but est donc de produire ce que consomme les équipements électriques en journée ( ce qu’on appelle communément le bruit de fond : réfrigérateur, box internet, prises connectés, congélateur, télévision…

il est donc important de dimensionner son installation pour ne pas trop dépasser son bruit de fond, car le surplus est donné (gracieusement) à EDF.
il existe différents types de kit existants sur le marché : il y a ceux fonctionnant avec de forte tensions par mise des panneaux en série ( jusqu’à 400V en continu )
c’est le type le plus courant ( et le plus dangereux) .
Le type que nous utilisons aujourd’hui est différent, il fonctionne sur l’installation d’un micro-onduleur branché à l’arrière de chaque panneau. et ceux si sont relié par une connectique plug n play comme vous pouvez le voir sur le schéma suivantbase panneau

ces onduleurs peuvent ensuite venir se brancher sur une prise électrique , ou se connecter sur un module pour suivre la production sur internet, voir rajouter un tableau électrique séparé pour plus de s.

Il semble que dans le cadre législatif actuel, l’E-gate soit obligatoire pour couper les onduleurs en cas de coupure EDF ( pour la sécurité des techniciens )

ce qui est séduisant dans le concept c’est qu’il est possible d’augmenter sa production en fonction de ses besoins.

l’intérêt aussi du micro onduleur par rapport aux panneaux en série est le fait que le rendement est optimal sur tous les panneaux exposéssysteme différence

ça semble vraiment très bien sur le papier et de limiter les problèmes d’ensoleillement ou de défaut d’un panneau impactant tout le système

la question que l’on peu se poser, mais est ce rentable ?
la réponse est, j’en doute :
un kit 250W + onduleur se trouve dans les 400 euros,
en rajoutant ce qu’il faut pour le poser sur le toit : 100 euros
un boîtier de protection digne de ce nom : 70 euros

et un egate : 200 euros.
soit environ 750 euros pour 250w puis 400 euros pour les 250W avenir.

un kit 1kw se vends environ 1700 euros ( hors pose toit et egate ) et donc environ 2200 euro avec ces 2 éléments indispensable.

testé au sol avec un angle de 45° orienté sud-sud ouest ( rendement théorique de 92% ) , la moyenne de production en journée ensoleillé était de 700w/h produit sur 5 heures d’ensoleillement.

soit environ 200KW/h produit par an donc environ 30euros de facture en moins sur sa facture.
la rentabilité est donc d’environ 20 ans dans des conditions optimales pour 250W
et de 13 ans pour les autres panneaux.

donc dans la réalité, (sans compter l’emprunte carbone de la création des panneaux ), pour l’instant et au prix de l’électricité, ça semble une solution assez peu intéressante financièrement, et écologiquement, ça n’est pas simple de répondre, vu que 70% de l’électricité produite de nos jours est nucléaire.
par contre dans l’avenir avec la progression de la technologie et la monté du prix de l’électricité ( l’une des moins chers d’Europe actuellement ), cela peut devenir intéressant et certains de nos pays voisins l’on bien compris.

Donc pour l’instant faire ce choix est un peu entre un truc de geek pour le e-gate,
et miser sur l’avenir de la micro production en faisant un pari sur l’avenir.

Avantages :
– facilité de montage ( plug n play )
– rendement théorique
– matériel connecté
– indisponibilité partielle en cas de dysfonctionnement.

Inconvénient :
– Prix au KW ( 2200 euros tout compris )
– Maintenance en cas de dysfonctionnement d’un équipement.

En conclusion  :

Coté électricité pour l’instant le meilleur moyen de faire des économies reste encore de couper ses équipements en veille. Après cette conception de production d’autoconsommation reste moins polluante que celle avec stockage de batteries.
cela peut donc convenir en ville , mais pas en site isolée.
Reste donc à suivre l’évolution des panneaux solaire, les augmentations de rendement, l’encombrement, la mise en place.

Coté écologie pure, il est souvent très contraignant de mettre ce genre de système en place, le Geek moyen se tournera probablement sur des solutions moins onéreuses et en DIY telle que les tubes de chauffage solaire et production d’eau chaude pour réduire sa consommation électrique.

Laisser un commentaire